A pas feutrés

A pas feutrés

Ce confinement me donne parfois l’impression de me fondre dans mon intérieur.
Le moindre rayon de soleil devient une source de bien-être mais me rappelle aussi cet extérieur insaisissable.
Le regard porté vers la lumière du jour, j’espère, j’attends, je pense à ce qui est en train de se passer et ce qui est à venir. A la fois soucieuse et patiente.
Ce confinement me ramène aussi à mon animalité.
Je me sens animal face à notre rapport à la vie, à la vulnérabilité de nos corps et à l’instinct qui se développe dans ces moments incertains. Protéger, se réfugier, comme un animal tapi dans l’ombre, attendant le bon moment pour pouvoir sortir.
Elsa Serna GIMENEZ, 03 avril 2020, Toulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *